MON PARCOURS

Dès l’âge de 11 ans je débute des enregistrements et des montages sonores. Mon père, preneur de sons à Radio France, avait du matériel à la maison. Quelques « jingles sonores » sont diffusés sur France Culture par Jean Couturier, qui, à l’age de 15 ans, m’ouvre les portes des studios de la maison de la Radio pour réaliser une Tentative Première – «Liberté ». Mon approche du sonore est sensible, affective et chargée de mes souvenirs et passions de jeune ado.

Preneur de sons, ingénieur du son, créateur visuel (mapping) et sonore, je “viens  du spectacle vivant”. Après un DUT mesure physique, je suis objecteur de conscience au sein de « Le Théâtre de Saône et Loire » à Chalon Sur Saône. Son directeur, Jacques Bailliard, me transmet le sens de la décentralisation théâtrale, son expérience toujours en lien avec les habitants et le territoire. Le théâtre à l’Usine, les Maisons de la Culture.. Puis je travaille avec Catherine Dasté notamment à Pernand Vergelesse, autour de la Maison Copeaux. Des liens historiques avec les habitants du village, essentiellement des vignerons, nous permettent de créer du Théâtre dans leurs cuveries, leurs caves, les lavoirs….. J’apprends la lumière et je propose mes premières créations sonores en multidiffusion. Puis naîtra de nombreuses complicités avec des compagnies : Le Porte Plume, Théâtre de l’Index, Théâtre en Seine, Centre dramatique de La Courneuve, Cie 36 du mois, Théâtre de La Chaloupe, Le Moulin Théâtre, La Martingale, Les Tréteaux de France, Les Musiques de La Boulangère.

En 1996 avec Acirène – Elie Tête (Chalon sur Saône), également issu de l’expérience forte des Maisons de la Culture, j’ ai développé une méthodologie d’enregistrement de paysages sonores en quadriphonie pour étudier et valoriser des acoustiques sensibles de territoire, pour conserver une trace de l’état acoustique ”initial” de ceux ci. 

Mon écoute alors se développe et dès que possible, j’enregistre, paysages sonores, sons seuls, en résidence comme en voyage. Je constitue une sonothèque personnelle qui devient la source d’inspiration de mes créations sonores pour le théâtre, pour des installations muséographiques, mais aussi pour des courts-métrages et des documentaires : LA NATURE EN HÉRITAGE, ZOO IN SITU, Le Percent, La Colère dans le vent, et des Courts-métrages : LE SECRET, ANGÈLE À LA CASSE, LE BOURDON, Vivement Lundi

Je suis toujours intéressé en parallèle de mon travail personnel par des partages autour du sonore, partager mon expérience.
En 2005, avec le duo de musiciens MANARAF, nous rencontrons les enfants de CM2 dans une école du Creusot (71). Je leur confie un magnétophone et leur propose de me rapporter des sons de chez eux. Du son de la cafetière “senseo”, à un magnifique chant traditionnel Berbère du grand-père d’un enfant, la récolte est riche : sons des escaliers, des portes, des discussions de famille, des ambiances depuis le balcon…..
Je transforme ces sons et compose une bande son. Sur celle-ci,  Aliocha et Patrick, les musiciens, improvisent. Ils jouent en live devant les enfants sur la bande son réalisée à partir de leur récolte, et un enregistrement leur est confié sur CD.

Dans le cadre d’un projet “La maison du futur”, qui prépare la venue d’un spectacle, j’interviens avec LES TRÉTEAUX DE FRANCE, auprès d’une classe de 6ème au collège de Gasny (27) en mars 2019.
Initiation au sonore pour inventer les sons de la maison  du Futur.
Travail par groupe de 3 devant un micro relié à un logiciel aux multiples effets sonores : réverbération, délais, écho, transpositions…….. Le micro comme un zoomsonore  amplifie les frottements de feuilles, de mousses, de peau, les frappes de bois, de stylos, des pages qui se tournent….
Travail par groupe de 3 avec un enregistreur et un microphone : partir à la pêche aux sons dans l’école.
Puis faire le montage et le trie de tous ces sons, en collectif, pour ne conserver qu’un panel restreint de sons qui fassent l’unanimité.

Je collecte avec Sallah Laddi, réalisateur et Jean Levet, sociologue, le témoignage de citoyens sur le thème de la citoyenneté dans un petit van transformé en studio image et sons. Le projet Caisson de résonances, débouche sur la publication quotidienne d’une parole de citoyen de 1 à 2 minutes non montée, sur une page facebook.

Démarche artistique 

C’est beau un jardin qui ne pense pas encore aux hommes” – Jean Anouilh

Le son est avant tout une sensation. Se mettre en posture d’écoute, c’est une forme d’attention à l’autre, aux autres, à ce qui nous entoure. Dans la vie de tous les jours comme en situation de prises de sons, être prêt à recevoir, sans attente.
Prendre le temps et écouter.Mon activité est jalonnée de rencontres humaines, de découvertes d’espaces et de lieux. Mon approche est intuitive, sensible et les réalisations que je propose sont toujours le fruit d’un échange et de partage. 

Nous nous proposons d’aborder la thématique Histoire et Territoire à deux voix, avec la photographe Aurélia Frey. Voici quelques éléments et pistes de réflexion. Ces éléments sont bien entendu à construire et à développer avec les acteurs du territoire et les participants.